logo101gif.gif (3790 octets) navigationgris.gif (8758 octets)

editogif.gif (2051 octets)

leo-n.gif (3034 octets) Le mot du directeur, Léo Kaneman
 

Quand arrive la cinquième édition d'un pari comme celui de Cinéma Tout Ecran, le devoir est de s'interroger sur le bien-fondé de son projet. En l'occurrence, ce droit est devenu un privilège juste! Même à l'adresse de nos pires craintes: les rapports entre télévision et Septième Art n'ont pas débouché sur un bâtard, l'ajustement ne s'est pas opéré vers le bas, mais, au contraire, la qualité a pris l'ascenseur.

De souris la télévision est devenue éléphant dominant quantitativement le cinéma. Pour le meilleur - ce qui nous intéresse - et pour le pire. Le pire, autrement dit l'évidence que tous deux sont sources intarissables de produits de "divertissement" destinés à gonfler l'audimat , la fréquentation et rapporter des parts de marché. N'oublions pas cependant que cet argent fait vivre l'industrie de l'audiovisuel, car il s'agit d'une industrie, et que c'est parce qu'elle se porte bien qu'elle permet aux tâcherons comme aux auteurs de s'exprimer. Ce qui ne signifie pas que les premiers font vivre les seconds, nous avons prouvé qu'il est des oeuvres d'auteur "grand public". Ce sont elles, justement, qui donnent ses lettres de noblesse à l'un comme à l'autre, et lui permettent de vivre. Au propre comme au figuré, dans la mémoire des hommes et dans le quotidien.

A l'exemple de " No Child of Mine" Grand Prix CTE 98 (35% de part de marché à la TSR) la télévision produit des oeuvres de qualité, des films d'auteur, qu'elle ne devrait plus craindre de présenter en début de soirée. Comme au cinéma, le public aime les oeuvres majeures. Pour témoin l'affluence record à Cinéma Tout Ecran l'an passé. On vient voir des films, peu importe d'où ils sont issus, qui les a produit. Ce qui compte, c'est qui les réalise et qui les interprète.

Et même si cinéma et télévision continuent à alimenter un océan d'imbuvables niaiseries, il n'en demeure pas moins que de la nasse qu'on y jette, on peut retirer de véritables perles. Des perles qu'année après année nous trions pour les offrir au public. Ici à Cinéma Tout Ecran, notre croisade de toujours, mais aussi ailleurs. L'impulsion que nous avons donnée a été salutaire. Aujourd'hui, on ne compte pas un seul festival majeur de cinéma, Venise, Cannes, Berlin, Locarno, Taormina, qui n'ait pas son "téléfilm".

Aujourd'hui, le cinéma et la télévision sont désormais complémentaires. Inséparables… comme les premiers oiseaux du chef-d'oeuvre d'Alfred Hitchcock. Et ce n'est pas un hasard. Le génie d'Alfred Hitchcock a fait si qu'il a été l'un des premiers grands maîtres à mesurer l'importance du petit écran et à s'en emparer.

Bon anniversaire Monsieur Hitchcock.

Léo Kaneman
Directeur artistique

 


[home]

Lundi 20  Mardi 21  Mercredi 22  Jeudi 23  Vendredi 24  Samedi 25  Dimanche 26
 Edito  Sélection Officielle   Sections Parallèles  Colloques  Organisation  Catalogue  Palmarès  Archives 


info@cinema-tout-ecran.ch